Header
Deutsch-französische Wirtschaftskommunikation – Das interkulturelle Blog +++ Le blog interculturel de la communication économique franco-allemande

Nos voisins les Allemands (3/8)

31/07/2012 | Posté par DDF dans Stereoytypen / Stéreotypes

A propos de timing

Ce n’est un secret pour personne : les Français sont connus, semble-t-il, partout en Europe et surtout en Allemagne pour être de constants retardataires. Enfin, n’exagérons rien. Pour un Français, arriver une demie heure plus tard que prévu à un rendez-vous fait partie de la normalité. Pour un Allemand et tant qu’il n’a pas affaire directement aux Français, ce « défaut » est fort sympathique voire charmant parce qu’il est la preuve de ce que les Français prendraient la vie du bon côté, de leur refus de se stresser, d’une certaine nonchalance pour laquelle les Allemands ne cachent pas leur admiration. Par contre, ce défaut devient carrément agaçant dès lors qu’il touche au domaine du travail. Car pour un Allemand, ne pas respecter une heure convenue n’est ni plus ni moins l’expression d’un manque de respect du partenaire. L’heure, c’est l’heure. La respecter est primordial, car en Allemagne, on aime travailler selon un plan précisément établi et dont le but est de l’atteindre tel qu’il a été défini.

D’ailleurs, en Allemagne les meetings sont à l’image de cette conception. Un ordre du jour est un ordre du jour : c’est-à-dire que non seulement on commence à l’heure indiquée et à laquelle tous les participants doivent se tenir, non seulement on entre tout de suite dans le vif du sujet mais on traite également de tous les points apposés sur le fameux agenda jusqu’à ce que l’on ait réglé toutes les questions …sans négliger les moindres détails. Ce qui peut être pesant pour un Français est une nécessité pour un Allemand. En effet, en Allemagne, le besoin de sécurité est beaucoup plus grand qu’en France.  Par là, je veux dire le besoin de savoir que tout a été fait pour ne rien laisser au hasard, donc de travailler selon un plan soigneusement élucidé et de s’y tenir. Car il s’agit d’être efficace voire efficient, mot clé dans la bouche des entrepreneurs allemands. Pour aboutir à ce niveau, il faut que tout le monde mette son savoir et ses capacités au service de l’entreprise.

S’il y va d’une coopération avec un partenaire étranger, tout sera couché noir sur blanc, tous les détails seront réglés.

Alors, direz-vous, c’est bien cela les Allemands sont froids, ce sont des bêtes de somme. Eh bien non, détrompez-vous. Seulement, le rire, les conversations personnelles, l’affect n’ont pas leur place sur le lieu du travail. Ils sont ailleurs, précisément en dehors du travail, au restaurant….après le travail, après la conclusion d’un contrat.

Car c’est à ce moment qu’on passe précisément au niveau personnel. Au restaurant, les langues se délient autour d’une bouteille de vin qui a de fortes chances d’être français. Eh oui, les Allemands ne sont pas que des buveurs de bière. Eux aussi savent apprécier le bon vin, voire très souvent le vin français ou italien dont on trouve d’ailleurs un grand assortiment dans les supermarchés, à côté de vins d’origines diverses. Seulement voilà : les Allemands le dégustent différemment des Français. Alors qu’en France, on accompagne un repas en buvant du vin, en Allemagne on accompagne une bonne soirée ou alors on continue à en boire même si l’on a fini de manger. Emboîtez le pas de votre partenaire, vous verrez : Vous y prendrez goût.

Vous pouvez suivre les réponses à ce post à travers le RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>