Header
Deutsch-französische Wirtschaftskommunikation – Das interkulturelle Blog +++ Le blog interculturel de la communication économique franco-allemande

Nos voisins allemands (2/8)

06/03/2012 | Posté par DDF dans Selbst- & Fremdbild / La perception de soi et de l'autre

Faire connaissance avec votre collaborateur allemand

Revenons au fameux couple franco-allemand et précisons que celui-ci n’est un couple que pour les Français. De fait, aucun politique allemand n’a jamais eu recours à ce terme pour caractériser la relation de travail politique ou économique entre Allemands et Français. Pour les Allemands, c’est un tandem. Différence capitale ! Alors que la notion de couple implique une relation émotionnelle avec des hauts et des bas, des moments harmonieux mais aussi conflictuels, celle de tandem, elle, évoque l’effort : celui de deux personnes s’efforçant de pédaler pour avancer, de surcroît, dans la même direction. Et pour cause ! Pour un Allemand, les sentiments n’ont pas leur place au travail. Ce qui motive une coopération, ce n’est pas l’assurance d’une sympathie réciproque. Non, l’assurance est d’un tout autre ordre. C’est celle de la qualité d’un produit que, par exemple, une entreprise allemande achètera à une entreprise française. C’est l’assurance de la compétence de collègues, dans ce cas, français, de leur savoir-faire technique ou autre.
Aussi ne vous étonnez pas d’une poignée de main qui peut être forte, même très forte de la part de votre collaborateur allemand dès qu’il sera précisément assuré de ce critère, dès que l’affaire sera conclue. Car elle signifie : Je vous fais confiance, vous m’avez convaincu de la qualité de vos produits, de votre compétence, nous pouvons débuter notre coopération.
Dans la même logique, ne vous vexez pas d’un parler franc, direct qui, là aussi, est l’expression d’une différence nette que votre partenaire allemand fera entre le niveau personnel et le niveau professionnel. Alors que les Français mettent des formes surtout lorsqu’il s’agit d’émettre une critique, les Allemands, eux, n’hésitent pas à exprimer leur avis de but en blanc. Concrètement : S’ils ne sont pas satisfaits de la qualité d’un produit, d’une date de livraison non respectée, ils le diront tel qu’ils le pensent. Et nul ne s’en étonne ou ne s’en vexe, car il n’y va pas de la personne à qui est adressé le reproche. Il y va de la chose. Difficile à comprendre pour un Français, je le conçois. Il y va de règles de coopération qui, parce qu’elles ne sont pas respectées, bouleversent le timing ou, plus grave encore aux yeux des Allemands, remettent en cause une relation de confiance.

Vous pouvez suivre les réponses à ce post à travers le RSS 2.0 Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>